Désoeuvré, je viens d'aller faire un tour sur le site du ministère de l'agriculture, et là, oh surprise, je vois une véritable publicité pour l'apéro à la française, qui doit booster les industries agro-alimentaires hexagonales à l'exportation.

Lorsque Christine Tasin souhaite organiser des apéros saucisson-pinard, dans une convivialité bien de chez nous, on lui fait comprendre qu'un tel évènement stigmatise des personnes qui digèrent mal la cochonnaille et risquent une fracture ouverte du foie au premier verre de rouge qui tâche ! Ok, l'apéro à la française n'est plus pour la France, il est exclusivement réservé à l'export !  Mais que l'on se rassure, les génuflexions orientales et les bâches noires  aphrodisiaques quittent peu à peu certains pays arabes pour être importées en France avec succès, notre goût de l'exotisme est incorrigible, non ?

Le gouvernement interdit donc tout apéro saussison-pinard, le même gouvernement via le ministère de l'agriculture exporte notre apéritif à la française.Cela méritait une petite vérification de ma part, j'ai pu voir les partenaires divers, mais j'ai jubilé à la vue des enseignes de Jean Caby (saucisses et saucisson) et Traiteur de Paris (cake lardon-olive) côtoyant celles des maisons de vins et champagnes... C'est  bien avec du saucisson et du pinard qu'on prend l'apéro, j'ai eu chaud !

A chaque pays son « Apéritif à la française » ( site du Ministère de l'Agriculture)

""""01/06/2011


« L’Apéro », un moment convivial fort de la « French way of live », peut-il s’exporter et devenir l’ambassadeur du bien-manger et du bien-boire français? Un pari qui a été engagé depuis huit ans par Sopexa, avec le soutien du ministère de l’agriculture.

Au mois de juin 2011, Sopexa (Groupe de marketing international alimentaire, vin et art de vivre) organise des « Apéritifs à la française » dans une dizaine de pays [1] pour aider les industries agroalimentaires de l’Hexagone à conquérir de nouveaux marchés.

Des « apéros » bien de chez nous, mais dans le respect de la culture alimentaire et des pratiques sociales du pays hôte comme le montrent les exemples américain, polonais et japonais.

Si elle jouit d’une bonne notoriété, la culture alimentaire française n’a pas cependant toujours une image dynamique et moderne dans le monde.

Par ailleurs, face à une concurrence mondiale aiguë, le modèle alimentaire français est parfois contesté, creusant ainsi le déficit de l’Image France et rendant nécessaire une réaction collective.
C’est dans ce contexte que la Sopexa avait lancé en 2004 les premiers « Apéritifs à la française ».""""

 

Ce que vous pouvez lire sur le site SOPEXA  (Groupe marketing international alimentaire, vin et Art de vivre)partenaire officiel de cette grande fête de l'apéro à la française :

""""Olives, foie gras, huiles d’olive, biscuits, chocolats, confitures, moutardes, pain, toutes sortes de fromages et charcuteries et encore limonades, sirops, bières, champagnes, vins français seront à l’honneur et contribueront à la préparation de succulentes amuses bouches salés et sucrés et de cocktails de toute sorte. A l’Apéritif à la française il y en a pour tous les gouts !

Alors « bon Apéritif à la française » !""""

Je prendrais bien un peu de jaja, en souvenir de cette coutume "barbare" qu'était l'apéro à la française, pas vous ?