Deuxième coup de gueule, mais je n'arrive pas à me calmer !

Chez Facebook, quand on ne peut argumenter une discussion, on balance !

La dénonciation, sport international des "no life" aux centaines d'amis virtuels, augment chaque jour ses performances. Les délateurs ne comprennent bien que le premier degré, et à la moindre incompréhension, ou mauvaise flatulence (pet de travers), ils s'arc-boutent sur le bouton "signaler" afin d'effectuer leur nettoyage d'opinion, leur mission secrète et salvatrice, leur contribution à la pensée unique !

Ainsi donc, j'ai été dénoncé et j'ai un peu de mal à le digérer, à croire que les délateurs ne veulent pas perdre la main jusqu'au jour où ils devront le faire par lettre anonyme, aux autorités compétentes, rêvant secrètement d'être témoin de l'arrestation des "coupables", tels les héroïques collabos sous Vichy.

Coupables de se défouler sur la toile pour crier son ras le bol d'un monde qui marche sur la tête et d'une planète saccagée où les animaux sont suppliciés, coupables d'appeler un chat UN CHAT quand on dit par exemple que "la religion tue alors ne commencez pas", coupables de blasphèmes, de cynisme, de délicieux second degrés quasi orgasmiques... Coupables de réfléchir.

Conclusion, les délateurs facebookiens n'ont ni humour, ni finesse, oui, les délateurs sont très ordinaires, insipides et transparents tant qu'on ne leur met pas un bouton "signaler" sous la main. 

Maréchal, LES voilà !