Au nouveau pays des culs bénis, la censure a encore frappé, sur l'affiche des "infidèles" cette fois. La raison ? Posture dégradante de la femme, ah bon ?

affiche les infidèles

Campagne « Les infidèles » : L’action de l’ARPP

Suite au Comité Exécutif qui s’est tenu le 1er février 2012, le Président de l’ARPP, François d’Aubert, à la demande des Administrateurs, a décidé d’intervenir au sujet de la campagne d’affichage annonçant la sortie prochaine du film « Les infidèles ».

Ces deux affiches, qui mettent en scène les acteurs Jean Dujardin et Gilles Lellouche, dans des positions sexuelles explicites, et visibles sur les Colonnes Morris depuis le début de la semaine, sont contraires aux Recommandations de l’ARPP, en particulier les dispositions relatives au respect de la décence et de l’image de la personne humaine en publicité, tant bien même elles se rapportent au sujet du film, à savoir une comédie sur l’adultère.

Conformément à ses statuts, l’ARPP a donc demandé aux professionnels concernés de faire cesser immédiatement toute diffusion de cette campagne et de renoncer à toute nouvelle diffusion utilisant ces visuels. Ses adhérents, la société JC DECAUX et MEDIAKIOSK ont immédiatement pris acte de cette intervention et pris les mesures nécessaires afin de retirer ces publicités dans la nuit de jeudi à vendredi.

Parallèlement, le Jury de déontologie publicitaire, instance associée à l’ARPP, a été saisi de quatre plaintes à cette heure, qui seront examinées dès vendredi 3 février, dans le cadre de la procédure d’urgence prévue à l’article 17 de son règlement intérieur qui dispose que « Dans le cas d’un manquement manifestement grave et sérieux, qu’il convient de faire cesser rapidement, le Président de l’ARPP ou, par délégation, son Directeur Général, peut, conformément à la procédure d’urgence prévue par le règlement intérieur de l’ARPP, prendre sur le champ les mesures qui s’imposent, notamment en adressant une demande de cessation de diffusion aux professionnels concernés (annonceurs, agence, médias). Il en informe le Président du Jury. En cas de plainte, le cas est présenté pour délibération au Jury lors de la séance qui suit cette intervention. Sa décision fait l’objet d’une publication aux conditions prévues à l’article 21 ». Le JDP se prononcera donc prochainement.

Paris, le 2 février 2012

Avant c'était ça :

Et maintenant, on fait quoi ? On la boucle, on courbe l'échine, on rase les murs, on se morfond sur cette société que l'on ne reconnaît plus ou on dit STOP ?

Bientôt tout sera aseptisé, lisse et insipide, adieu la créativité, la franchise, l'impertinence... Très peu pour moi !