Amère, frustrée, furax (ça, ce n'est pas un scoop), après la manif de Nîmes du 24 mars 2012, "nos voix pour les animaux", sensée interpeller les candidats à la présidentielle sur la condition animale.

Bilan ? Environ 1 500 d'après la police, 3 000 d'après les organisateurs. Pour une manif nationale mobilisant tous les sympathisants de la cause animale, avec, pour locomotive sept grandes associations, ... un pétard mouillé !

Tout le monde s'en tape de la souffrance animale, quant aux candidats auxquels cet élan naïf s'adressait, le sujet n'est pas à l'ordre du jour pour eux ! Corrida, vivisection, chasse à courre, chasse de loisir, gavage, élevage industriel, transport d'animaux vers l'abattoir, abattages rituels, abandons d'animaux de compagnie, trafic d'espèces, animaux sauvages esclaves des cirques, fourrure, consommation exponentielle de poissons et de bidoche, maltraitants impunis,...la liste est longue mais n'émeut pas les politiques qui ont toujours une catégorie de connards à brosser dans le sens du poil !

Même la manif n'était ni convaincue ni convaincante, slogans monocordes scandés au porte-voie par quelques militants dont moi, déplacement oblige, "corrida basta", "non, non,non, plus d'exploitation", pathétique, non ?

J'ai connu des manifs, dans ma jeunesse, plus motivées, dynamiques, déterminées, aujourd'hui, décidément, tout est flasque !

J'ai presque oublié un instant la chaleur accablante de ce samedi après-midi quand j'ai entendu "halal, casher, ça suffit", que j'ai aussitôt repris, au risque de me faire péter les cordes vocales, mais c'est retombé comme un soufflé après cinq ou six coups ! Sans doute était-ce politiquement incorrect après les tueries sadiques du "pauvre" Mohamed M ! A moins que ce ne soit un peu risqué eu égard au nombre effrayant de magasins orientés vers la Mecque, et de têtes fraîchement voilées encadrant notre cortège.

Quand je pense que Hollande ou Mélenchon, avec leur filet dérivant, arrivent à mobiliser des dizaines de milliers de gobis, je jette l'éponge, je prends le maquis, je choisis la dissidence, l'activisme subversif indépendant. On vous prend pour des cons, dommage !

Le respect de la nature induit celui de l'homme, alors... je trace ma route, solo, et...Bon vent !!!